Au matin du 17 juin 1939, Eugène Weidmann, convaincu de plusieurs meurtres et kidnappings, a été le dernier condamné à mort à être guillotiné en public. 

weidmann

Dans les jours qui suivirent l'exécution, la presse s'indigna de l'attitude de la foule : "dégoûtante", "se bousculant, bruyante, sifflant" (Paris-Soir), "mangeant des sandwiches"... Encore plus choquant pour les autorités, la foule retarda l'exécution au-delà de l'aube afin de pouvoir prendre de meilleures photos, et même faire un film. Le gouvernement dit son regret que les condamnations à mort en public, sensées avoir un "effet moralisateur", avaient alors "pratiquement l'effet inverse". Le Président Lebrun signa un décret stipulant que dorénavant, les exécutions auraient lieu à huis-clos.

A cette époque, la France était déjà une exception dans le monde moderne : les exécutions publiques n'avaient plus cours en Allemagne depuis les années 1850, en Angleterre depuis 1868, au Danemark en 1882 et aux Etats-Unis depuis 1936 (Kentucky).

Pour voir le film de l'exécution de Weidmann, c'est ici.

Source

Via