Bits and Bobs

Insolites, anecdotiques, éclectiques, des petits bouts de riens trouvés à droite, à gauche, qui piquent ma curiosité, qui m'intéressent ou qui m'amusent...

vendredi 13 mai 2016

Je suis le roi du pétrole !

J'aime bien faire du tourisme avec Google Maps : je choisis un endroit au hasard sur la carte du monde, je me rapproche au maximum avec la molette puis je passe en mode "Earth". Ensuite je me promène... Dans des villes, en montagne, sur des plages... Essayez, c'est très dépaysant et ça peut durer longtemps parce que les ressources sont presque inépuisables !

 

Aujourd'hui, je suis allée au Nouveau Mexique. C'est visiblement une région très sèche : en arrivant sur des champs, ils étaient irrigués comme souvent aux Etats-Unis (on reconnait bien leur forme ronde et bien verte) :

1

Voir sur Google Maps

 

En reculant un peu et en me déplaçant vers l'ouest, je suis arrivée dans une zone inhabitée, aride, étrangement piquetée : 

2

Voir sur Google Maps

 

J'ai d'abord pensé à des maisons abandonnées. 

Mais en me rapprochant je me suis aperçue que je venais de trouver du pétrole ! 

3

Voir sur Google Maps (ce puits ou un autre...)

Et il y en a des dizaines comme ça, voire des centaines !

Il faut quand même que je vous explique la raison de ma joie. Il y a quelques années, je me suis demandée à quoi ressemblait un champ de pétrole, j'ai alors été sur Google Maps, direction l'Arabie Saoudite et je me suis promenée en plein désert pendant des heures... Sans rien trouver...

Alors aujourd'hui, je suis le roi du pétrole !

ligne

jeudi 10 décembre 2015

Je vous souhaite un bon voyage

Un survol du lac Iliamna en Alaska pour le Alaska Salmon Program pour suivre l'un des plus grands retours de saumons rouges depuis des années.

Via 

ligne
lundi 9 juin 2014

Ecoutez...

Voici un article publié en novembre 2012, que je gardais sous le coude depuis presque deux ans pour le traduire... Ce long week-end a été l'occasion...

Nous commencerons dans un champ de maïs, un champ de maïs de l'Iowa à la fin de l'été, par une belle journée. Le maïs est haut. L'air est chatoyant. Il manque juste quelque chose, et c'est quelque chose d'énorme...

... un truc vraiment énorme, mais je ne vous dirai pas ce que c'est, pas tout de suite.

A la place, faisons un détour. Nous reviendrons dans le champ de maïs dans une minute mais pour rendre les choses intéressantes, nous allons sauter de l'autre côté du monde, dans un parc public près de Cape Town, Afrique du Sud, où vous remarquerez un cube, un cube de métal posé là dans l'herbe.

Mais1

 

Ce cube a été posé là par David Liittschwager, photographe, qui a passé plusieurs années à voyager dans le monde, posant son cube d'un pied-cube (0.03 m3) dans des jardins, des torrents, des parcs, des forêts, des océans, puis photographiant tout ce qui passait dedans. Scarabées, criquets, poissons, araignées, vers, oiseaux... tout ce qui était assez gros pour être vu à l'oeil nu, il l'a capturé et photographié. Voici ce qu'il a trouvé dans son cube au Cap en 24 heures :

mais2

 

Il y a 30 plantes différentes dans ce pied carré d'herbe (0.09 m2) et environ 70 insectes différents. Et mieux, selon un chercheur en Angleterre, "Si nous déplaçons le cube de 3 mètres, nous pourrons avoir une différence de 50% des plantes rencontrées. Si nous le déplaçons en haut de la colline, nous pourrions ne trouver aucune de ces espèces". Les populations changent complètement à quelques mètres de distance et c'est sans compter sur les champignons, microbes et autres petites bestioles que Liittschwager et son équipe ne pouvaient voir.

Un autre exemple : voici le cube placé à 30 mètres du sol, dans les branches supérieures d'un figuier Strangler au Costa Rica. Nous sommes en l'air maintenant, surplombant une vallée.

mais3

 

Que se passe-t-il ici ? Plus de 150 plantes et animaux différents vivent ou sont passés dans le cube : des oiseaux, des scarabées, des mouches, des papillons, des insectes, des insectes, et encore des insectes...

mais4

 

E.O. Wilson, le biologiste de Harvard qui a rédigé l'introduction de ce livre de David Liittschwager, explique que ce sont les gros animaux qui attirent notre attention. Mais si nous nous baissions et que nous examinions une petite surface de sol, "progressivement, les plus petits habitants, bien plus nombreux, commencent à les éclipser". Il y a les bestioles qui aèrent le sol, qui pollinisent, qui nettoient. Il y en a des tas et des tas et des tas.

Retour dans le champ de maïs
Ce qui nous ramène dans l'Iowa, où mon collègue Craig Childs, journaliste scientifique de la radio publique NPR décida de vivre une petite aventure. Comme il le raconte dans son nouveau livre Apocalyptic Planet, il a recruté son ami Angus et, ensemble, ils ont décidé de passer deux nuits et trois jours ("nous appellerons ça un long week-end) dans une ferme de 240 ha dans le comté de Grundy. Le but était de s'installer au milieu des épis de maïs (il y en aurait mille milliards dans l'Iowa) pour voir ce qui vivait là. En d'autres termes, un recencement à la Liittschwager.

Les champs de maïs, toutefois, ne sont pas des parcs nationaux ou des forêts vierges. Les maïsiculteurs élèvent du maïs. Tout ce qui peut manger le maïs, blesser le maïs, gêner le maïs est tué. Leur maïs est sélectionné pour combattre les nuisibles. Le sol est pulvérisé. Les épis sont pulvérisés. Aussi, comme David, Craig se demandait "qu'est ce que je vais trouver ?"

mais5

 

La réponse m'a stupéfait : il n'a presque rien trouvé. "J'écoutais et je n'entendais rien, pas un oiseau, pas le bruit d'un insecte."

Il n'y avait pas d'abeilles. L'air, le sol semblaient vides. Il a trouvé une fourmi "si petite qu'on n'aurait pas pu l'épingler sur un tableau d'insectes". Un peu plus tard, en rampant dans une autre ligne de maïs, il a trouvé un champignon "de la taille d'un pépin de pomme". Puis, encore un peu plus tard, une araignée qui mangeait un tipule (un cousin). Une seule araignée rouge "de la taille d'un grain de poussière qui s'empressait sur la terre nue", quelques sauterelles, et c'est tout. Bien qu'il ait rampé et rampé, il n'a rien trouvé d'autre.

"On se serait cru sur une autre planète, un monde stérile".

mais6

 

Pourtant, il y a 100 ans, ces mêmes champs, ces prairies, abritaient 300 espèces de plantes, 60 mammifères, 300 oiseaux et des centaines d'insectes. Ce sol était le plus riche, le plus fertile de l'état. Et maintenant, dans ces parcelles, il n'y littéralement plus rien sinon une seule espèce vivante. Nous avons gommé tout le reste.

Nous avons besoin de nous nourrir bien sûr. Mais nous avons besoin de ces petites créatures qui amènent la vie sur Terre. Il y a quelque chose d'étrange dans cette ferme qui crée intentionnellement un désert biologique pour produire de la nourriture pour une seule espèce : nous. C'est efficace, oui. Mais c'est tellement efficace qu'il manque les fourmis, il manque les abeilles, même les oiseaux sont absents. Quelque chose ne va pas. Nos champs de maïs sont trop silencieux."

Source

ligne
mardi 8 avril 2014

Des insectes écrabouillés...

Titam a publié un article intitulé "victime des drones" - que je vous recommande, cela va sans dire.

En allant lire la source de son article, j'ai été frappée par l'infographie suivante 

splat

 

et en particulier par les chiffres à droite qui ne concernent que la région Khyber Pukhtoonkhwa marquée en rouge : 

Attaques de drones : 380 +

Morts : 3500 +

Enfants tués : 200+

Jamais je n'aurais imaginé de tels chiffres. Je pensais que l'usage des drones militaires restait occasionnel, et surtout, que les opérations étaient bien plus "ciblées".

Que je suis naïve...

ligne
dimanche 30 mars 2014

Le travail des enfants aux Etats-Unis au 20ème siècle (2)

Joe Manning est "un écrivain, historien, généalogiste, journaliste indépendant, poète, photographe et auteur de chansons" (selon son propre site).

JoeManning

En 2005, il est sollicité par un autre écrivain, Elizabeth Winthrop qui recherche les descendants de Addie Card, une ouvrière de 12 ans photographiée en 1910 par Lewis Hine dans une filature de coton du Vermont. Manning accepte le dossier et un an plus tard, il a retrouvé la sépulture d'Addie Card et rencontré son arrière-petite-fille.

En 2006, alors qu'il regardes les photos de Lewis Hine sur le site de la Bibliothèque du Congrès, il réalise que "les enfants et les familles photographiés par Lewis Hine font maintenant partie de l'histoire, mais nous ne savons presque rien sur eux. Les photos ont été prises dans un but noble, et un siècle plus tard, elles sont devenues un énorme album photo de la famille américaine. En cherchant ce qu'il est advenu de certains d'entre eux, en montrant leurs photos à leurs descendants (qui n'ont jamais entendu parler d'eux pour la plupart), nous rendons une part de dignité à leurs vies et à la vie de tous ceux que l'histoire a oublié". 

La fillette brune non identifiée de cette photo l'avait particulièrement frappé, alors il se lance à sa recherche : 

tiftongirls

Ce n'est que plusieurs mois plus tard qu'il la retrouvera sur une autre photo prise le même jour par Lewis Hine. 

YoungFamily1909

Il lui faudra des années de recherches dans les recencements de la région et plusieurs appels dans les journaux pour arriver à identifier cette famille. 

Il s'agit de "Catherine Young (40 ans) avec ses enfants : Mell (14 ans et 10 mois), Mattie, (14 ans), Mary (11 ans), Alex (9 ans et 8 mois), Eddie Lou (8 ans et 5 mois), Elzy (environ 6 ans), Seaborn (environ 5 ans), Elizabeth (2 ans et 9 mois) et Jesse (1 an et 8 mois).
En mourant, le mari laissa Catherine avec 11 enfants dont 2 ont quitté la famille pour se marier. La mère dit qu'elle gagne $4.50 par semaine et que les enfants gagnent à eux tous $4.50 mais les 4 enfants les plus jeunes ne travaillent pas encore. La famille a quitté la ferme il y a deux ans pour venir travailler à l'usine
".
La photo a été prise en janvier 1909. Trois mois plus tard et poussée par la pauvreté, Catherine plaçait ses sept plus jeunes enfants à l'orphelinat qui n'acceptait pas les enfants de plus de 12 ans. 

Joe Manning a fait un très gros travail de recherches généalogiques et a écrit l'histoire de chacun des membres de la famile Young et de ceux des descendants qu'il a pu rencontrer, notamment celle de Eddie Lou qui l'avait tant marqué. Si vous lisez l'anglais et que vous aimez la généalogie, je vous recommande d'aller lire les quelque 27 pages de l'histoire de la famille Young (bien que le style de Joe Manning...)

ligne

jeudi 7 février 2013

Sous la jupe de Marilyn

Vous connaissez tous la statue géante de Marilyn Monroe. Vraiment ? 

Saviez-vous de quelle couleur est sa culotte ?

statue-of-marilyn-monroe-in-chicago

 

Et savez-vous quel est le principal avantage de cette statue dans cette ville pluvieuse ?

under Marilyn's skirt

 

 

ligne

Les goélands savent tout du base-ball

C'est un sujet de conversation récurrent après les matchs des Giants de San Francisco : comment les goélands savent-ils qu'ils peuvent arriver au stade au neuvième tour de batte ?

Gulls

Mais pour les administrateurs du stade AT&T, ces hordes d'oiseaux sont une nuisance qui ne fait que s'aggraver depuis l'ouverture en 2000 : cette année les goélands qui nichent sur Alcatraz sont arrivés encore plus tôt sur les gradins, plongeant sur les frites et souillant les fans ; les administrateurs envisagent aujourd'hui l'utilisation de faucons pour les chasser. "Nous avons vu une augmentation du nombre d'oiseaux, dit Jorge Costa, le manager des Giants. Et leur attitude semble plus agressive. Ils ont commencé à tournoyer et cherché à venir dans les tribunes avant même la fin du jeu. C'est inhabituel."

C'est même bien pire que cela : récemment, les oiseaux ont commencé leurs attaques dès le septième tour de batte.

 

Cet article date du 23 juillet 2011 et je me demandais si une solution avait été trouvée. 

Et bien oui. En la "personne" de Bruce Lee, magnifique faucon à queue rouge qui a été installé à demeure sur le stade AT&T depuis Novembre 2011. "C'est un guerrier, s'amuse Jorge Costa. Ca ne rigole pas avec lui !". 

Bruce Lee

Bruce Lee a installé son perchoir au-dessus de la troisième base juste après la fin de la saison de base-ball. Les employés du stade l'ont vu manger des pigeons et intimider des mouettes : "quand il est dans les parages, il n'y a pas un seul oiseau par ici."

ligne
samedi 5 janvier 2013

Oups !

Il y a deux jours, un ouvrier qui travaillait à la construction d'un nouvel immeuble de Minneapolis a accidentellement cassé une canalisation d'eau avec son tractopelle. Avant que la municipalité ne parvienne à couper l'alimentation de cette canalisation, 53 millions de litres d'eau s'étaient écoulés dans les rues de la ville...

Broken-Water-Main1

Broken-Water-Main2

Broken-Water-Main3

D'autres photos

ligne
vendredi 4 janvier 2013

Des lumières dans la nuit

Satellite-view-of-US-at-n-006

Le nord-est du Dakota du Nord (encadré) est l'une des régions les moins peuplées des Etats-Unis. Alors pourquoi tant de lumière ?

"Parce que c'est une région schisteuse où la fracturation a conduit à un boom pétrolier. La plupart de ces lumières sont en fait des torchères qui brûlent du gaz naturel parce que la région manque des infrastructures nécessaires à la récupération de ce gaz. La production de gaz a rapidement augmenté ces dernières années mais 30% est brûlée"

Source

Via

ligne
mercredi 21 novembre 2012

La baleine orégonaise

En novembre 1970, une baleine grise- d'un poids de 8 tonnes et d'une longueur de 14 mètres - s'échoue et meurt sur une plage près de Florence (Oregon). La mission de faire disparaître le cadavre est confiée à la Oregon Highway Division (maintenant connue sous le nom de Oregon Department of Transportation), qui avait la responsabilité des plages. Après avoir demandé conseil à l'US Navy, les membres de l'Oregon Highway Division décident que la meilleure option est de faire disparaître le cadavre en le faisant exploser à l'aide de 500 kg de dynamite. Selon eux, l'enterrement du cadavre, l'une des options envisagées, n'aurait pu avoir l'efficacité escomptée, car la probabilité que la baleine soit déterrée était trop grande. Le but de l'opération est de désintégrer le cadavre en le réduisant en petits morceaux qui auraient été ramassés et nettoyés par les charognards. La dose de dynamite devait suffire à faire disparaître les plus gros morceaux de la baleine.

Soyez indulgents pour la qualité de la vidéo, je vous rappelle qu'elle date de 1970...
Et comme c'est un peu long à démarrer pour qui ne comprend pas l'anglais, allez directement à 1:20.

Cependant, après l'explosion, la majeure partie du cadavre était encore présent sur la plage et les seuls morceaux éjectés par l'explosion étaient des morceaux de grande taille (l'un d'eux perça la carrosserie d'une voiture).

Après cet événement, la conclusion fut qu'il était sans doute souhaitable de brûler les baleines échouées. Depuis, les baleines échouées sont rejetées en haute mer, pour des raisons de sécurité, les cadavres sur la plage ou près de la côte ayant tendance à attirer les requins.

Je ne tiens pas à me spécialiser en explosion de baleines, mais je vous avais déjà parlé d'une explosion accidentelle qui s'était produite à Taïwan en 2004

Source : Wikipédia

Via pour la vidéo 

ligne