Bits and Bobs

Insolites, anecdotiques, éclectiques, des petits bouts de riens trouvés à droite, à gauche, qui piquent ma curiosité, qui m'intéressent ou qui m'amusent...

jeudi 4 avril 2019

Le lac aux squelettes

En 1942, un garde forestier de Roopkund, en Inde, fit une découverte macabre : à près de 4900 mètres d'altitude il découvrit un lac plein de squelettes. L'été suivant, à la fonte des neiges, encore d'autres squelettes vinrent au jour flottant sur l'eau ou épars sur les bords du lac. A l'évidence, quelque chose d'horrible s'était passé là. 

Roopkund,_Trishul,_Himalayas-1

Il était certain que les os étaient très anciens : la chair, les cheveux et les os eux-mêmes avaient été préservés par l'air sec et froid, mais personne ne pouvait déterminer correctement de quand ils dataient. Mieux que cela, personne n'avait idée de ce qui avait tué plus de 200 personnes dans cette petite vallée. De nombreuses théories ont été avancées, notamment une épidémie, un glissement de terrain ou un suicide rituel mais pendant des décennies, le mystère de Skeleton Lake demeura.

Roopkund,Trishul,Himalayas

Cependant, une expédition sur le site en 2004 semble avoir finalement révélé la cause de la mort de ces personnes.La réponse était plus étrange que quiconque ne l'aurait imaginé :

En fait, tous les corps remontent à l'an 850 environ. L'ADN indique qu'il y avait deux groupes de personnes distincts, l'un appartenant à une famille ou à une tribu d'individus étroitement liés, et un deuxième groupe plus réduit, probablement d'habitants embauchés comme porteurs et guides. Des bagues, des lances, des chaussures en cuir et des bâtons de bambou ont été trouvés, laissant croire aux experts que le groupe était composé de pèlerins se rendant dans la vallée avec l'aide de la population locale.

Tous les corps étaient morts de la même manière, des coups portés à la tête. Cependant, les fissures profondes et courtes dans les crânes semblaient résulter non pas d’armes, mais plutôt de quelque chose d’arrondi. Les corps n'avaient des blessures qu'à la tête et aux épaules, comme si tous les coups étaient venus d'en haut. Qu'est-ce qui les avait tous tués, porteurs comme pèlerins ?

Dans l'Himalaya, il y a une chanson folklorique ancienne et traditionnelle qui décrit une déesse tellement en colère contre les étrangers qui ont souillé son sanctuaire de montagne qu'elle a semé la mort en envoyant des grêlons «durs comme le fer». Après de nombreuses recherches approfondies, l'expédition de 2004 est arrivée à la même conclusion. Les 200 personnes sont mortes des suites d'un violent orage de grêle.

Human_Skeletons_in_Roopkund_Lake

Pris au piège dans la vallée et n’ayant nulle part où se cacher ou se mettre à l’abri, les grêlons «durs comme du fer» de la taille d’une balle de cricket [environ 7 centimètres de diamètre] sont tombés par milliers, entraînant la mort subite et étrange des voyageurs. Leurs restes sont restés dans le lac pendant 1200 ans jusqu'à leur découverte en 1942.

Source avec photos

Voyez aussi la page Wikipédia

 

ligne

mardi 21 août 2018

Fabrication de "bonbons" au Bengale

 

Voici comment, au Bengale, toute la population d'un village se rassemble pour fabriquer une sorte de  bonbon-barbe-à-papa pour tous les habitants avec juste du sucre et de la farine de blé. Cette fabrication est longue et très physique mais à la fin du processus, chacun (grand comme petit) reçoit deux sachets de douceur.

Si quelqu'un essaye, je veux bien goûter...

Catégorie : - Tags : , , , ,
Commentaires [3]
ligne
jeudi 28 mai 2015

L'Inde fond...

Une vague de chaleur frappe l'Inde en ce moment : tous les records de température ont été battus en ce mois de mai avec 47,6°C enregistrés à Titlagarh dans le district de Balangir. Naturellement, comme lors de la canicule de 2003 en France, le nombre de victimes dues à cette vague de chaleur est terrible : plus de 1100 morts enregistrés.

Même les routes fondent...

heatwave2

Source

 

ligne
mercredi 18 janvier 2012

Faire faire un bébé

En matière de conception assistée, les cliniques américaines ne sont pas en manque d'imagination comme on pouvait le voir dans l'article "Un donneur, 150 enfants" d'octobre dernier.

La clinique PlanetHospital va encore plus loin. En Inde.
Elle y sélectionne des mères porteuses sur lesquelles elle implante les embryons de ses clients. Pour aller plus vite en besogne, les embryons sont implantés sur plusieurs femmes... et ces femmes accouchent systématiquement par césarienne pour que les parents aient la possibilité d'assister à l'heureux évènement (et probablement pour que la mère porteuse ne risque pas trop de changer d'avis).

Pour les éventuels problèmes inhérents à la méthode - grossesses multiples, coût, sélection des porteuses, état de santé, accouchement... - je vous laisse lire l'article de Slate.fr (en français).

Via

La même clinique sévit aussi en Europe : "Dans une chambre d'hôpital en Crète [...] une femme bulgare va mettre au monde un enfant dont la mère biologique est une donneuse d'ovule européenne, dont le père est italien, et dont la naissance est orchestrée depuis Los Angeles. [...]

Les mères porteuses de certains pays pauvres ont peu ou pas de droits sur le bébé. En Grèce, une mère porteuse peut être poursuivie pour avoir essayé de garder un enfant"

Source en anglais cette fois.

ligne
mercredi 14 septembre 2011

Pont végétal

Les habitants de Nongriat dans le Meghalaya (État du Nord-Est de l'Inde), "font pousser" leurs ponts depuis 500 ans. Ces ponts peuvent mesurer plus de 30 m et supporter le poids de 50 personnes. Parfois même, ces ponts peuvent être à deux étages !

pont2

La pluviométrie annuelle est de 15 mètres et cette région est frappée par des crues soudaines qui ont un tel pouvoir destructeur que des ponts de bois ou de métal n'y résisteraient pas. Néanmoins, la population doit pouvoir traverser ces cours d'eau. Les habitants ont trouvé la réponse au problème en utilisant les plantes qui poussent sur les berges de ces rivières : une variété de ficus elastica qui développe un très grand nombre de racines aériennes.

Ils ont compris il y a un demi-millénaire qu'ils pouvaient créer un passage vers l'autre rive en dirigeant la croissance de ces racines au travers de troncs d'arbres évidés. Quand ces racines ont poussé jusqu'à l'autre rive, elles s'enracinent naturellement puis continuent de pousser et de se développer, stabilisant ainsi la plateforme du pont mais renforçant aussi les berges. Le cycle complet de la croissance d'un pont peut prendre 10 à 15 ans.

Pont 1

Source (avec d'autres photos)

Via

Catégorie : - Tags : , , , ,
Commentaires [6]
ligne

mercredi 10 août 2011

T'as d'beaux yeux, tu sais...

gold-diamond-contact-lenses-550x268

Chandrashekhtar Chawan, un ophtalmologiste du Shekhar Eye Research Center en Inde a mis au point des lentilles de contact plaquées or et incrustées de diamants. Chawan avoue que son invention a reçu un accueil mitigé : certaines personnes trouvent cela effrayant, mais la majorité d'entre elles ont aimé. Il croit que ce sera la prochaine tendance à Bollywood et pour les personnes qui cherchent à attirer l'attention. 

diamond-lenses-comp-inline

A $15000 la paire, j'ai comme un doute...

Source

Via

ligne
jeudi 14 juillet 2011

Un python avale une gazelle

Les gardiens d'un zoo indien ont eu la surprise de découvrir un python qui s'était servi parmi les gazelles dont ils avaient la surveillance. 

python

Le serpent ne pouvait plus quitter la scène du crime en raison de sa prise de poids. Les gardiens l'ont donc capturé et relâché dans une réserve.

Source  avec vidéo, meilleure que la photo ci-dessus.

Catégorie : - Tags : , , ,
Commentaires [0]
ligne
dimanche 14 novembre 2010

En Inde, on est cool

Taper un texto allongé sur une moto qui circule sur une autoroute, avouez qu'il faut être VRAIMENT inconscient !

ligne
samedi 31 juillet 2010

Le plus grand puits du monde

deepest_step_well_6

Chand Baori est un "puits escaliers" (step-well) situé en Inde près de Jaïpur. Il est le plus grand puits et l'un des plus profonds du monde.

Il a été construit au 9ème siècle, fait 30 mètres de profondeur, soit 13 étages et 3500 marches.

Source

Autres photos (impressionnantes ! )

Via

Catégorie : - Tags : ,
Commentaires [0]
ligne
jeudi 23 juillet 2009

Délocaliser les personnes âgées

Steve_Herzfelds_parents

Les parents de Steve Herzfeld, âgés de 87 et 91 ans souffraient de la maladie de Parkinson pour sa mère et d'Alzheimer pour son père. Leurs revenus ne leur permettaient pas d'aller dans la maison de retraite médicalisée dont ils avaient besoin en Floride. C'est ainsi qu'il les fit partir en Inde.

Avec le recul, Herzfeld explique que la seule chose qu'il ferait différemment serait de recruter le personnel médical avant l'arrivée de ses parents : il lui fallut cinq semaines pour trouver une infirmière.

Mais quand le personnel a été trouvé, il a pu offrir à ses parents des soins de bien meilleure qualité que ce qu'il aurait été possible d'obtenir aux Etats-Unis avec les $2000 de revenus de son père. En Inde, cette somme couvrait leur loyer, le personnel (un cuisinier, un valet pour son père, des infirmières qui s'occupaient de sa mère 12 heures par jour, 6 jours par semaine, un physiothérapiste et une masseuse) et les médicaments dont les prix en Inde sont cinq fois inférieurs aux prix américains, tout en leur permettant de mettre de l'argent de côté.

Sa mère a disparu quelques mois après son arrivée et son père lui survécut deux années. Herzfeld n'a que de l'admiration pour la façon dont ses parents ont été traités en Inde. Installer ses parents dans une maison de retraite acceptable et parmi les moins chères aurait coûté $6000 par mois, et ses parents ne pouvaient se le permettre.

Source
Via

ligne