Bits and Bobs

Insolites, anecdotiques, éclectiques, des petits bouts de riens trouvés à droite, à gauche, qui piquent ma curiosité, qui m'intéressent ou qui m'amusent...

vendredi 13 mai 2016

Je suis le roi du pétrole !

J'aime bien faire du tourisme avec Google Maps : je choisis un endroit au hasard sur la carte du monde, je me rapproche au maximum avec la molette puis je passe en mode "Earth". Ensuite je me promène... Dans des villes, en montagne, sur des plages... Essayez, c'est très dépaysant et ça peut durer longtemps parce que les ressources sont presque inépuisables !

 

Aujourd'hui, je suis allée au Nouveau Mexique. C'est visiblement une région très sèche : en arrivant sur des champs, ils étaient irrigués comme souvent aux Etats-Unis (on reconnait bien leur forme ronde et bien verte) :

1

Voir sur Google Maps

 

En reculant un peu et en me déplaçant vers l'ouest, je suis arrivée dans une zone inhabitée, aride, étrangement piquetée : 

2

Voir sur Google Maps

 

J'ai d'abord pensé à des maisons abandonnées. 

Mais en me rapprochant je me suis aperçue que je venais de trouver du pétrole ! 

3

Voir sur Google Maps (ce puits ou un autre...)

Et il y en a des dizaines comme ça, voire des centaines !

Il faut quand même que je vous explique la raison de ma joie. Il y a quelques années, je me suis demandée à quoi ressemblait un champ de pétrole, j'ai alors été sur Google Maps, direction l'Arabie Saoudite et je me suis promenée en plein désert pendant des heures... Sans rien trouver...

Alors aujourd'hui, je suis le roi du pétrole !

ligne

samedi 20 août 2011

Neuf repas avant l'anarchie

Traduction de l'article "Nine meals from anarchy - How Britain is facing a very real food crisis" (juin 2008)

food supply in peril

"L'expression «Neuf repas avant l'anarchie» ressemble plus au titre d'un mauvais film hollywoodien qu'à une menace réelle.

C'est pourtant l'expression utilisée par Lord Cameron de Dillington, un agriculteur qui a été le dirigeant de la Countryside Agency – agence parapublique mise en place par Tony Blair à une époque où il prétendait se soucier de la campagne - pour décrire à quel point l'offre alimentaire en Grande-Bretagne est actuellement en péril.

Bien avant les autres, Cameron a vu le risque qu'une véritable crise alimentaire frappe ici en Grande-Bretagne, au 21e siècle, et pas seulement dans les pays pauvres du Tiers-Monde.

Voici le scénario. Imaginez un arrêt brutal des livraisons de pétrole, un arrêt soudain de l'essence qui coule régulièrement des pompes dans les moteurs des camions qui livrent les aliments à travers le pays et qui garnissent les rayons des supermarchés dès qu'un produit vient à manquer.

Si les camions ne circulaient plus, on commencerait à s'inquiéter et nous irions dans les magasins, pour remplir nos garde-mangers. À la fin de la première journée, s'il n'y avait toujours pas d'essence, les rayons seraient déjà plutôt dégarnis. Imaginez, alors, la deuxième journée : votre quatrième repas, le cinquième et le sixième. Ce serait la panique. Troisième jour: toujours pas d'essence.

Que se passerait-il alors ? Avec la sensation de faim et aucune idée de combien de temps il faudrait pour que les supermarchés soient réapprovisionnés, combien de temps se passerait-il avant que ceux qui n'avaient pas fait suffisamment de stocks aillent commencer à voler leurs voisins ? Ou aillent piller ce sur quoi ils pourraient mettre la main ?

Il y a environ 11 millions de jardiniers en Grande-Bretagne, mais vos délicieux pois d'été n'iront pas loin lorsque vos enfants seront affamés et que les fèves au lard seront épuisées.

Lord Cameron estime qu'il ne faudrait que neuf repas - trois jours entiers sans livraisons dans les supermarchés - avant que la loi et l'ordre ne commencent à se dégrader, que la rue ne sombre dans le chaos.

Une hypothèse exagérée pour la Grande-Bretagne, l'une des premières nations du monde ? Pas du tout. Parce que c'est exactement ce qui s'est passé aux États-Unis à la suite de l'ouragan Katrina. Les gens ont pillé pour se nourrir et nourrir leurs familles."

Lire la suite de l'article traduit 

ligne
samedi 17 octobre 2009

Pétrole, pétrole...

Un de mes tout premiers messages sur ce blog en août 2007 vous renvoyait sur le site du photographe Edward Burtynsky. Son travail dénonce les horreurs que nous faisons subir à notre environnement.
Aujourd'hui, je vous invite à aller voir quelques-unes de ses photos du moment dont le thème est "oil".

091009_burtynsky9

Recycling #2, Chittagong, Bangladesh, 2001.
(Baie de Chittagong dont je vous parlais déjà ici...)

Sables_bitumineux

Alberta Oil Sands #7, Fort McMurray, Alberta, Canada, 2007
(Les fameux 'sables bitumineux' dont on entend souvent parler en ce moment)

Puits

Oil Fields #13, Taft, California, USA, 2002

ligne
jeudi 3 avril 2008

L'eau en bouteille

  • Alors même que nous avons une eau du robinet parmi les meilleures et les plus sûres du monde....
  • Les américains continuent d'acheter environ 28 milliards de bouteilles d'eau par an.
  • Pour les fabriquer, il ne faut pas moins de 45 à 50 millions de barils de pétrole et cela génère jusqu'à 3 tonnes de CO2 par an.

WaterBottle

  • 80 % des bouteilles vides finissent en décharge et ne sont pas recyclées. Les produits chimiques qui composent les bouteilles en plastique peuvent être lessivés dans l'eau quand elles sont chauffées par le soleil.
  • L'eau en bouteille coûte au moins deux fois plus cher que l'essence, et plus de mille fois plus que la même quantité d'eau du robinet.
  • Mais n'en vaut-elle pas la peine puisque, sans aucun doute possible, elle provient d'une source tout aussi saine que mystérieuse ?

Cette affiche est américaine. Mais j'ai voulu savoir ce qu'il en était en France.

Je suis allée sur un site permettant de faire ses courses sur internet : l'eau Aqua*el vendue en pack de 6*1,5 litre vaut 2.79 euros, soit 0,31 euro le litre d'eau en bouteille.

Dans ma région, le litre de sans plomb 95 coûte 1.36 euros en gros. Donc, en France le litre d'eau en bouteille coûte 4.38 fois plus cher que l'essence.

Pour une consommation de 50 m3 d'eau, ma facture s'élève à 87.21 euros, tout compris (taxes, agence de l'eau, assainissement, etc.) soit 0,0017 euros le litre d'eau du robinet ! Si javais du payer mes 50000 litres d'eau au prix de l'eau en bouteille, cela m'aurait coûté 15500 euros !

Par ailleurs, en France, nous consommons 8 milliards de bouteilles d'eau chaque année (source : Consoglobe).

Et vous, consommez-vous de l'eau en bouteille ?

ligne