Bits and Bobs

Insolites, anecdotiques, éclectiques, des petits bouts de riens trouvés à droite, à gauche, qui piquent ma curiosité, qui m'intéressent ou qui m'amusent...

jeudi 22 novembre 2018

North Sentinel

Edit du 22 novembre 2018
Je remonte cet article pour y ajouter ce lien : 


Un article paru dans Le Monde, qui raconte comment un prétendu "missionnaire" s'est fait tuer par les Sentinelles à peine débarqué sur Andaman. 


 

Avez-vous déjà entendu parler de l'île North Sentinel ? Probablement pas...

Carte

North Sentinelle

 

Tard dans la nuit du 2 août 1981, un cargo de Hong Kong naviguant dans les eaux agitées du golfe du Bengale s'échoue sur un récif corallien submergé. Le vaisseau, Le Primrose, était désespérément coincé. Mais il n'y avait aucun risque de couler alors, après avoir appelé les secours par radio, le commandant de bord et l'équipage se sont installés pour quelques jours d'attente.

Primrose

Le lendemain matin, alors que le jour se lève, les marins aperçoivent une île à quelques centaines de mètres du récif. Pour autant que l'on sache, elle était inhabitée : il n'y avait pas de bâtiments, pas de routes ou d'autres signes de civilisation - juste une plage de sable immaculé et derrière, une jungle dense. La plage semblait être un endroit idéal pour attendre un sauvetage, mais le capitaine a ordonné à l'équipage de rester à bord du Primrose. C'était la saison des moussons et il avait peut-être peur de faire descendre les hommes dans de minuscules embarcations de sauvetage sur la mer agitée.            

Ou peut-être qu'il avait compris quelle île minuscule se trouvait au-delà du récif : c'était North Sentinel, la plus mortelle des 200 îles de l'archipel d'Andaman.

Quelques jours plus tard, un guetteur à bord du Primrose aperçut un groupe d'hommes à la peau sombre émergeant de la jungle et se dirigeant vers le navire. Était-ce l'équipe de sauvetage ? Cela semblait possible... Jusqu'à ce que les hommes s'approchent un peu plus près et que le guetteur puisse voir que chacun d'eux était nu.

sentineli-beach

Nu... et armé, mais pas avec des fusils. Chaque homme portait une lance, un arc et des flèches, ou une autre arme primitive. Le commandant de bord lança un autre appel de détresse radio, beaucoup plus urgent : "Des hommes sauvages ! On estime que plus de 50 personnes, transportant diverses armes artisanales, fabriquent deux ou trois bateaux en bois. Peur qu'ils ne tentent l'abordage au coucher du soleil."

Après une attente tendue de quelques jours supplémentaires, l'équipage du Primrose a été évacué par hélicoptère en toute sécurité.

 

Ils ont eu la chance de s'échapper après s'être échoués juste au large d'une des îles les plus étranges de la Terre, probablement la dernière du genre. Les anthropologues pensent que les hommes qui sont apparus sur la plage ce matin-là en 1981 sont les membres d'une tribu de chasseurs-cueilleurs qui vit sur l'île depuis 65000 ans. Soit 35000 ans avant la dernière période glaciaire, 55000 ans avant que les grands mammouths laineux ne disparaissent d'Amérique du Nord et 62000 ans avant que les anciens Égyptiens ne construisent les pyramides de Gizeh. On pense que ces gens sont les descendants directs des premiers humains d'Afrique.

 

Le monde extérieur connait l'île North Sentinel depuis des siècles, mais les insulaires ont été presque complètement coupés du reste du monde pendant tout ce temps, et ils maintiennent férocement leur isolement jusqu'à ce jour. Personne ne sait quelle langue ils parlent, ni comment ils s'appellent : ils n'ont jamais laissé personne s'approcher assez près pour le découvrir. Le monde extérieur les appelle "les Sentinelles", d'après le nom de l'île. On estime que l'île de 28 miles carrés (environ 7250 hectares, soit légèrement plus grande que Manhattan) peut accueillir jusqu'à 400 chasseurs-cueilleurs, mais personne ne sait combien de personnes y vivent.

 

North Sentinel Island est étonnamment bien adaptée pour faire vivre et isoler une tribu comme les Sentinelles. C'est trop petit pour intéresser les colons ou les puissances coloniales, surtout lorsqu'il y a des îles plus grandes à quelques heures de navigation. Et contrairement à beaucoup de ces îles, North Sentinel n'a pas de port naturel, donc il n'y a pas de bon endroit où un navire peut s'abriter d'une tempête. De plus, l'île est entourée d'un anneau de récifs coralliens submergés qui empêchent les grands navires de s'approcher. C'était particulièrement vrai à l'époque de la voile, quand les navires n'avaient aucun moyen de manœuvrer rapidement pour se sortir du danger une fois qu'ils avaient réalisé que les récifs étaient là. Des ouvertures étroites dans ces récifs permettent aux petits bateaux de se glisser et d'aborder la plage, mais elles ne sont praticables que par beau temps et par mer calme, ce qui arrive deux mois par an. Pendant les dix mois restants, l'île ne peut pas être approchée en sécurité depuis la mer.

En même temps qu'ils retiennent les étrangers à l'extérieur, les récifs coralliens contribuent à garder les Sentinelles à l'intérieur puisque les récifs créent plusieurs lagunes peu profondes qui regorgent de vie marine. La nourriture fournie par ces lagunes est si abondante que les Sentinelles n'ont jamais eu besoin de pêcher dans les eaux profondes au-delà des récifs coralliens. Ils propulsent leurs pirogues à travers les lagunes en les poussant avec une perche, mais ils ne peuvent pas naviguer dans une eau plus profonde que la longueur de ces perches. Ils n'ont jamais inventé les rames, sans lesquelles ils ne pourraient quitter l'île.

Les îles Andaman, y compris North Sentinel, se trouvent au carrefour d'anciennes routes commerciales entre l'Europe, le Moyen-Orient et l'Asie du Sud-Est. Ironiquement, cela a peut-être encouragé davantage les tendances isolationnistes des Sentinelles, car leur peau sombre et leur apparence africaine en auraient fait les cibles de tous les marchands d'esclaves qui auraient pu tenter de débarquer sur l'île au cours des siècles. Des contacts périodiques avec de tels étrangers n'auraient fait qu'intensifier l'hostilité de la tribu envers le monde extérieur et leur désir d'être laissés seuls.

1373228748-0

Une autre chose qui a protégé les Sentinelles des étrangers : la croyance séculaire que toutes les tribus des îles d'Andaman étaient cannibales. Rien n'indique que l'une d'entre elles l'ait été, si ce n'est que certaines tribus portaient les os de leurs ancêtres comme bijoux, y compris les crânes, attachés dans le dos. Il aurait été facile de les confondre avec des cannibalesmais qui resterait assez longtemps pour découvrir qu'ils ne le sont pas?

Depuis que l'astronome grec Ptolémée a écrit à propos d'une "île des Cannibales" quelque part dans le golfe du Bengale au deuxième siècle après J-C, les marins contournaient déjà largement les Andamans. Marco Polo n'a pas arrangé les choses vers 1290 quand il a décrit les Andamaneses comme "une race brutale et sauvage... [qui] tuent et mangent tous les étrangers sur lesquels ils peuvent poser leurs mains". De telles allégations ont certainement aidé à éloigner les étrangers. Et compte tenu de la férocité avec laquelle les Sentinelles et les autres tribus andaman ont défendu leurs îles, c'est probablement ce qui explique leur survie jusqu'à aujourd'hui.

 

La première menace réelle pour les autochtones de l'île North Sentinel est apparue en 1858, lorsque les Britanniques ont établi une colonie pénitentiaire à Port Blair sur l'île Andaman Sud voisine et se sont mis en route pour tenter de pacifier les tribus locales : le Grand Andamese, l'Onge, le Jarawa et finalement les Sentinelles. L'une des techniques utilisées par les Britanniques consistait à kidnapper un membre d'une tribu hostile, à le retenir pendant une courte période, à bien le traiter, puis à le couvrir de cadeaux et à le laisser retourner auprès de son peuple. Ce faisant, les Britanniques espéraient démontrer leur amabilité. Si la première tentative ne fonctionnait pas, ils répétaient le processus avec autant de membre de la tribu qu'il le fallait pour transformer une tribu hostile en une tribu amicale.

En 1880, un groupe lourdement armé dirigé par Maurice Vidal Portman, l'administrateur colonial britannique de 20 ans, débarque sur North Sentinel et fait ce que l'on pense être la première exploration de l'île par des étrangers. Plusieurs jours s'écoulent avant qu'ils n'entrent en contact avec des sentinelles, parce que les membres de la tribu disparaissaient dans la jungle chaque fois que les étrangers approchaient.        
Finalement, après plusieurs jours sur l'île, le groupe a fini par tomber sur un couple de personnes trop âgées pour s'enfuir et plusieurs jeunes enfants. Portman a ramené les deux adultes et quatre des enfants à Port Blair. Mais l'homme et la femme sont vite tombés malades avant de mourir, probablement d'une exposition à des maladies occidentales comme la variole, la rougeole et la grippe, auxquelles ils n'auraient pas ou peu résisté. Portman ramena donc les quatre enfants à North Sentinel Island et les relâcha avec des cadeaux pour le reste de la tribu. Les enfants disparurent dans la jungle et ne furent plus jamais revus.

 

Après cette expérience, les Britanniques laissèrent les Sentinelles plus ou moins tranquilles et concentrèrent leurs efforts de pacification sur les autres tribus. Lorsque l'Inde a obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne en 1947, les îles Andaman ont été cédées à l'Inde, et les Indiens ont aussi ignoré les Sentinelles pendant une vingtaine d'années.

Puis, en 1967, le gouvernement indien lança sa propre expédition à grande échelle sur l'île North Sentinel, avec de nombreux policiers armés et des officiers de marine pour assurer leur protection. La visite fût moins agressive que celle des Britanniques 87 ans plus tôt (aucun enlèvement), et plus scientifique (un anthropologue du nom de T.N. Pandit était membre du groupe). Mais ils n'ont jamais pu prendre contact avec un seul sentinelle ; encore une fois, les membres de la tribu disparaissaient plus profondément dans la jungle chaque fois que les étrangers approchaient.

Cela a donné lieu à une politique qui a duré des décennies de "visites de contact" du gouvernement indien sur l'île North Sentinel. De temps à autre, pendant la courte saison de temps calme, un navire indien mouillait à l'extérieur des récifs coralliens et dépêchait de petits bateaux dans les ouvertures des récifs pour approcher les plages.

Approcher les plages, mais pas la terre ferme.

Les bateaux devaient s'assurer de ne pas se trouver à moins d'une portée de flèche de la plage ou risquer d'être attaqués par les Sentinelles.

Ces étrangers, comme les Britanniques avant eux, venaient avec des cadeaux - généralement des bananes et des noix de coco, qui ne poussent pas sur les îles, et parfois d'autres cadeaux, y compris des colliers de perles, des balles en caoutchouc, des seaux en plastique, des pots et des casseroles. Les visiteurs approchaient aussi près qu'ils le pouvaient tout en restant en sécurité, puis ils jetaient par-dessus bord les objets qui allaient s'échouer sur la plage. Ou, si le groupe était assez important pour pousser les Sentinelles à battre en retraite dans la jungle, il pouvait même accoster sur la plage. Mais juste assez longtemps pour déposer les cadeaux et s'enfuir avant que les Sentinelles n'attaquent.

North Sentinel Island real footage. The most dangerous tribe in the world.

Lorsqu'une équipe de tournage du National Geographic s'attarda trop longtemps lors d'une de ces visites en 1975, un guerrier sentinelle tira une flèche dans la cuisse du réalisateur puis se tint là, sur la plage, en riant de son exploit.

Ce n'est qu'au début des années 1990, après plus de 20 ans de visites, que les Sentinelles ont finalement relâché un peu leur garde et permis aux bateaux de se rapprocher. Parfois, des membres de la tribu non armés se tenaient sur la plage tandis que les gens sur les bateaux lançaient les noix de coco par-dessus bord. Quelques fois, ils se sont même avancés dans l'eau pour récupérer les noix de coco. Malgré cela, ils n'ont pas permis aux visiteurs de rester longtemps. Au bout de quelques minutes, les Sentinelles signalaient par des gestes menaçants ou des "coups de semonce" - flèches tirées sans pointe - que la visite était terminée.

Ceci est sans doute le contact le plus proche que les Sentinelles aient jamais eu avec le monde extérieur.

Au milieu des années 1990, le gouvernement indien a décidé que sa politique pour forcer le contact avec les Sentinelles n'avait aucun sens et il a mis fin aux visites en 1996.

Les visites n'avaient aucun sens en Inde, mais elles étaient dangereuses pour les Sentinelles. Avec si peu de résistance aux maladies occidentales, les insulaires risquaient non seulement la mort des individus à chaque contact avec des étrangers, mais aussi l'extinction de toute la tribu. C'est ce qui s'est passé avec d'autres tribus de l'île Andaman Sud : lorsque les Britanniques ont établi leur colonie pénitentiaire sur l'île en 1858, la population autochtone des îles Andaman comptait près de 7 000 personnes. Mais l'arrivée des Britanniques a été suivie d'une succession d'épidémies, dont la pneumonie, la rougeole, les oreillons et la grippe russe, qui ont décimé les tribus. Après plus de 150 ans d'exposition aux maladies occidentales, leur nombre est tombé à moins de 300 et continue de diminuer. Certaines tribus ont complètement disparu. Les Sentinelles, en refusant le contact avec le monde extérieur, sont la seule tribu qui a évité ce triste sort.

Les Sentinelles ont même survécu au tsunami de 2004 dans l'océan Indien, le plus meurtrier de l'histoire, avec peu ou pas de victimes. Alors que le tsunami a tué plus de 230 000 personnes dans les pays environnants, il semble que les Sentinelles aient été en mesure de sentir l'arrivée du tsunami et de s'enfuir vers un terrain plus élevé avant son arrivée. Lorsqu'un hélicoptère de la marine indienne est arrivé trois jours plus tard pour vérifier qu'ils allaient bien et déposer des colis de nourriture sur la plage, un guerrier sentinelle est sorti de la jungle et a averti l'hélicoptère avec un arc et une flèche, signe évident que les Sentinelles ne voulaient pas de l'aide extérieure.

 

Aujourd'hui, le gouvernement indien met en place une zone d'exclusion de trois miles autour de North Sentinel avec des patrouilles maritimes et aériennes régulières. De lourdes amendes et des peines d'emprisonnement pèsent sur les personnes qui entrent dans la zone. Et si ce n'est pas assez dissuasif, les sentinelles continuent de défendre leur île aussi farouchement que jamais. En 2006, deux braconniers qui avaient passé la journée à pêcher illégalement dans la zone d'exclusion ont jeté l'ancre près de l'île et se sont endormis, apparemment après une nuit de forte consommation d'alcool. Au cours de la nuit, l'ancre s'est détachée et le bateau a dérivé sur les récifs coralliens. Les Sentinelles ont tué les deux hommes et enterré leurs corps sur la plage. Aux dernières nouvelles, les corps sont toujours là. Quand un hélicoptère de la marine indienne a tenté de les récupérer, les Sentinelles les ont attaqués avec des arcs et des flèches.

 

A l'heure actuelle, toute personne disposant d'un ordinateur portable et d'un accès Internet peut utiliser Google Earth pour espionner des endroits qui ne sont pas destinés à être vus de l'extérieur. Vous pouvez regarder des photos satellites de la zone 51, la base aérienne militaire secrète dans le désert de Nevada. Vous pouvez regarder Mount Weather, une installation secrète en Virginie qui serait l'endroit où les membres du Congrès seraient évacués en cas d'urgence nationale. Vous pouvez même jeter un coup d'œil sur les rives secrètes de la périphérie de Pyongyang, en Corée du Nord, qui sont le terrain de jeu de l'élite du Parti communiste du pays.

Epave

Mais quand on regarde l'île North Sentinel Island dans le golfe du Bengale, on ne voit que l'épave du Primrose, toujours coincée sur le récif où elle s'est échouée en 1981. Vous ne pouvez pas voir les Sentinelles, leurs habitations, ou quoi que ce soit qui pourrait faire la lumière sur le nombre d'habitants de l'île ou comment ils vivent. L'épaisse canopée de la jungle qui couvre chaque centimètre de l'île, à l'exception des plages, cache tout : même vue de l'espace, les Sentinelles restent exemptes de regards indiscrets.

 

Source principale

ligne

dimanche 16 septembre 2018

Parhélie en Suède

 

Article déjà publié en 2011 


Cette année, Stan de Tywkiwdbi a publié trois articles sur les parhélies, phénomène dont je n'avais jamais entendu parler auparavant. 

Selon Wikipédia, "Un parhélie (nom masculin), du grec ancien para, « auprès » et hélios, « soleil », également appelé « faux soleil », « soleil double », « œil de bouc » ou « chien du soleil », est un phénomène optique, lié à celui du halo solaire, consistant en l'apparition de deux répliques de l'image du soleil, placées horizontalement de part et d'autre de celui-ci.".

Vadersoltavlan

Un tableau, "Vädersolstavian", qui, en dehors d'être la plus ancienne représentation en couleur de Stockholm, montre plusieurs halos ("sundog" en anglais) imbriqués dans le ciel au-dessus de la ville.

Pour des images plus réalistes ou récentes, le site anglais Atopics en a toute une collection (fouillez le site, il est passionnant). Vous pouvez aussi entrer le terme "parhélie" dans Google images. 

Parhelie

Sources : Wikipédia, articles de Tywkiwdbi :  Sun haloSun dog "double sunset"Parhelia 

A savoir que le phénomène existe aussi avec la Lune et que dans ce cas, on parle de "parasélène".


 

J'ai déterré cet article de 2011 parce que je viens de trouver une courte vidéo qui montre ce phénomène (et le mot n'est pas trop fort) en Suède, comme sur le tableau ci-dessus.

Parhélie en Suède

ligne
mardi 21 août 2018

Fabrication de "bonbons" au Bengale

 

Voici comment, au Bengale, toute la population d'un village se rassemble pour fabriquer une sorte de  bonbon-barbe-à-papa pour tous les habitants avec juste du sucre et de la farine de blé. Cette fabrication est longue et très physique mais à la fin du processus, chacun (grand comme petit) reçoit deux sachets de douceur.

Si quelqu'un essaye, je veux bien goûter...

Catégorie : - Tags : , , , ,
Commentaires [3]
ligne
vendredi 20 juillet 2018

Fourre-tout

 

IMG_3527

 

  • Les aqueducs les plus incroyables d'Europe. 

  • Les corbeaux peuvent être agressifs au printemps lorsqu'ils protègent leur nichée. Pour preuve, allez voir la carte des 2500 agressions recensées en 2018 à Vancouver (Canada) : attaques en piqué, poursuites, vols en rase-motte, tirage de cheveux, etc. ont toujours lieu par derrière.

  • Le retour de mes vieilles lunes... Figurez-vous que même Wikipédia s'est intéressé au sens du déroulement du papier toilette ! Je suis quand même impressionnée par la partie Notes et Références et par la bibliographie...

  • Un phasme assez remarquable. J'adorerais en voir un "pour de vrai" !

  • L'architecte Tara Keens Douglas (Trinidad) a présenté en 2012 une série de costumes de carnaval fabriqués à partir de papier plié dans le cadre de son mémoire de master "Ecstatic Spaces". Sur le même blog, vous pouvez aussi admirer le travail de Mercedes Arocena and Lucia Benitez (Uruguay) qui font elles aussi des robes en origami.

  • Dommage que David Zinn ne publie plus sur Facebook. Mais heureusement, Street art Utopia avait repris quelques-uns de ses adorables dessins !

  • Saviez-vous qu'un serpent pouvait grimper sur un plan vertical ?

  • Qui veut un Popinator ? (le lancer se fait en direction de la voix qui dit "pop")

  • Le coeur d'une baleine bleue pèse 180kg et pompe 220 litres de sang à chaque battement. 

ligne

Urbanisme

Vue aérienne de New Delhi

urban

ligne
samedi 5 mai 2018

Du ski à la musique...

WHo

Ces skieurs de fond ressemblent à des notes de musique, ce qui a fait l'objet d'un sujet de discussion sur Reddit

Le plus amusant, c'est qu'un internaute,  a converti cette image en partition : 

score

Et si, comme moi, vous ne connaissez rien à la musique, vous pouvez l'écouter ici.

Via

ligne
dimanche 29 avril 2018

Proportions

Après la perspective, voici une astuce concernant les proportions du corps humain :

Sans titre

 

Une prof de dessin au collège m'avait dit "7 têtes dans un corps" pour m'aider à mieux dessiner. Malheureusement, ça n'a pas changé grand'chose, je n'arrive toujours pas tirer un trait droit, à mon grand désespoir...

Source

ligne
vendredi 20 avril 2018

Elevages de moutons en Nouvelle-Zélande

Et leur changement de pré filmé par un drone. Artistique...

 

ligne
mardi 17 avril 2018

Une ficelle et un trombonne

Voici qui devrait révolutionner façon de voir - et dessiner - la perspective : 

ligne